Exposé de A. Boyé donné lors de la Journée IREM

L’histoire des mathématiques est partie intégrante, cela va de soi, de l’histoire des autres sciences et des techniques, mais aussi de l’histoire des idées, de l’histoire sociale, de l’histoire des arts, de l’histoire culturelle, … Elle a ainsi cette vertu de remettre en cause les frontières entre les domaines scientifiques et littéraires, de relier des domaines de la connaissance qui souvent s’ignorent.
Remonter aux sources, c’est souvent aborder la question récurrente du pourquoi, c’est éclairer les obstacles de l’apprentissage, c’est aussi faire prendre conscience, et les élèves s’en étonnent souvent, que l’histoire est toujours en marche, et que les mathématiques ont un passé, un présent et un avenir. Cette occasion de mettre en évidence les processus de création, d’écriture de la science, et des mathématiques en particulier, le dépaysement ainsi créé, la surprise parfois, permettent un regard neuf et un renouvellement d’intérêt pour notre matière. Les mathématiques sont dans la vraie vie, et sont l’oeuvre de femmes et d’hommes.
L’histoire permet d’interroger la place de l’activité mathématique dans les sociétés, y compris dans notre société contemporaine. Elle permet de prendre conscience que les mathématiques se situent dans l’histoire de la civilisation humaine. Elle permet la formation citoyenne.
Nous nous appuierons, lors de cette conférence, sur des exemples et des situations vécues, essayant de faire apparaître que cette approche interdisciplinaire, par l’histoire des mathématiques, non seulement mobilise en général l’intérêt des élèves, mais aussi met en évidence que celles-ci ne sont pas seulement une discipline de service, mais ont une fonction culturelle indéniable.

Les diapositives de l'exposé sont visibles sur

https://math-interactions.u-bordeaux.fr/Centres-de-ressources/IREM/Journees-IREM




Début de la vidéo
Cochez la case pour indiquer le début de lecture souhaité.

Table des scores

C'est la première fois que vous regardez cette vidéo.